Fil d'Ariane

P1030254
P1030298
P1030292
P1030291
P1030287
P1030290
P1030285
P1030281
P1030279
P1030273
P1030272
P1030254 P1030298 P1030292 P1030291 P1030287 P1030290 P1030285 P1030281 P1030279 P1030273 P1030272

 

Ce samedi 25 novembre 2017, à l'occasion des journées mondiales du Jeu Vidéo, nous avons testé une après-midi jeux de société et jeux vidéos à la bibliothèque.

Grâce à nos partenaires Players Bar, La Vache Carrée et Arvern Fighters, nous avons pu proposer aux habitants du territoire de jouer à la Nintendo 64, à la Wii U, mais aussi à la retrobox, qui compile des centaines de jeux d'anciennes consoles de jeux vidéos comme la Sega Megadrive, la NES ou encore la Game Gear. C'est ce qu'on appelle le retrogaming. Les usagers avaient également la possibilité de jouer à une sélection d'applis sur tablettes, réalisée par les bibliothécaires en partenariat avec la Vache Carrée, pour découvrir par exemple les passerelles évidentes qui existent entre le jeu vidéo et le jeu de société (certaines applis reprennent le concept de jeux de cartes par exemple).

Les jeux de société étaient également à l'honneur, avec les deux spécialistes de la ludothèque qui avaient sélectionné pour l'occasion des jeux dont les parties sont courtes, où la concentration demandée n'est pas celle des jeux de stratégie, car le bruit environnant des joueurs de jeux vidéos auraient pu facilement déconcentrer. Ce n'a pas été le cas, et nous avons été surpris de voir la cohabitation si bien se passer dans une salle si petite.

A participer et observer cet après-midi, à discuter avec des enfants, des ados et des parents, nous avons tiré beaucoup d'enseignements (et de questionnements) concernant la place que le jeu pourrait avoir dans la future médiathèque.

Certes, la salle consacrée à ces pratiques sera plus grande dans les nouveaux bâtiments mais le problème de la médiation demeurera. Le but n'est pas qu'un enfant passe sa journée devant l'écran par exemple. Les animateurs, médiateurs ne seront pas tout le temps là. Il nous faudra donc réfléchir à la façon dont nous rendons disponible cet espace et ces équipements au quotidien. Nous y réfléchissons pour proposer un espace où tout le monde pourra y trouver sa place : un espace de plaisir, éducatif, stimulant qui permettra les échanges et le partage. Avec le jeu, il semblerait que ce soit possible.